Nous découvrons la personnalité et le fonctionnement de plusieurs adolescents : Lauryanne est odieuse avec ses parents ; Luc refuse de poursuivre ses études en s’opposant à son père et il est passionné par les voitures et la vitesse ; Louella, sa petite amie, sera confrontée à un véritable cas de conscience ; Brandon écoute de la musique mais il est préoccupé par les pressions que lui infligent son père et son coach d’athlétisme ; Abigail sort avec Brandon sans que Lauryanne, l’amie d’Abigail, ne soit au courant ; David, jeune adulte autiste vit avec sa mère et lutte contre ses angoisses : « David n'aime rien moins que les variations dans son emploi du temps. Rien moins que la nouveauté. Tout ce qui l'oblige à s'adapter à une situation imprévue et dont il ne maîtrise pas tous les éléments. »

La construction éclatée du roman éclaire peu à peu les morceaux du puzzle qui nous permettront de comprendre ce qui se passe. Différents éléments – tels une mosaïque –  s’emboîtent progressivement pour dévoiler le cœur du texte : la transgression qu’affectionnent les adolescents pour tenter de se sentir maîtres de leur vie, le handicap et le regard pas toujours bienveillant porté sur les personnes au fonctionnement différent, les réactions parfois inadaptées des parents, la gestion de la culpabilité, du mensonge, du rapport au sport de haut niveau, de la projection des parents sur les jeunes à qui ils demandent de réaliser leurs rêves – qu’ils n’ont pas pu aboutir eux-mêmes – au détriment du bonheur et parfois de la santé de leurs enfants. Christophe Léon aborde de multiples pistes de réflexion sur cette période de l’adolescence où beaucoup de conflits se jouent.

Le roman est construit comme un polar avec un événement qui bouleversera la vie de chacun de ces futurs adultes. Ils seront confrontés à des choix et à des décisions parfois difficiles à prendre, avec leur conscience et leur honnêteté, dans des situations qui tournent mal :
« S'tu continues de foncer comme ça, on va s'prendre un arbre », mâchonne-t-elle entre ses dents.
L'adolescent fait la sourde oreille. Son cerveau est confronté à un problème quasi mathématique : vitesse élevée + route étroite + un gars en plein milieu  avec des écouteurs sur les oreilles = ?
Luc ne dispose que d'une fraction de seconde pour trouver une solution à cette singulière équation. »

C’est un  roman riche de parcours de vie qui maintient le suspense jusqu’à la dernière ligne.

()





En découvrant le résumé de la 4ème de couverture de Champion, je m’attendais à une série de nouvelles reliées par le même thème – le sport. Mais pas du tout ! Christophe Léon propose en réalité un roman dont le récit se construit à travers les différents points de vue de ses multiples personnages et nous permets de découvrir des adolescents aux caractères variés : Lauryane est odieuse avec ses parents et narcissique, Luc adore dépasser les limites depuis qu’il a découvert sa passion pour la vitesse et refuse de suivre les études choisies par son père, Brandon se sent oppressé par les pressions de son père et de son coach, Abigail sort en secret avec lui mais ne l’assume pas devant Lauryanne, sa meilleure amie, David est un jeune adulte autiste qui compose bon grè mal gré avec ses angoisses…Au fil de ce roman construit comme un polar, en raison de la disparition inattendue de Brandon, à laquelle tous sont liés, Christophe Léon dresse le portrait de ces jeunes confrontés à un choix décisif. L’auteur n’est pas toujours très tendre avec ses personnages sur lesquels il porte le regard d’un adulte très cynique.

J’ai aimé la construction atypique de Champion. Chaque tranche de vie est un morceau du puzzle. Combinés les uns avec les autres, ils permettent enfin de comprendre ce qui se passe. Le ton comme les thèmes du roman sont aussi le symbole de cet âge si particulier qu’est l’adolescence : entre ingratitude envers les parents et désir de les rendre fiers. Christophe Léon n’est pas non plus toujours très bienveillants avec ces derniers. Leurs réactions sont parfois inadaptées, décalées et ils n’offrent pas toujours à leurs enfants de bons exemples en projetant sur leurs enfants leurs propres rêves, au détriment du bonheur ou de la santé de leur progéniture…

Si l’enquête est assez prévisible ( quoique la fin soit plus surprenante), l’intérêt de Champion c’est de découvrir les différentes réactions et interactions de ces adolescents. Le polar et le mystère de la disparition de Brandon sert ici le portrait psychologique de chacun de ces ados tout en maintenant le lecteur en haleine.

En quelques mots :

Champion est un roman original. Construit comme un polar, la clé du mystère se résoudra à travers les différents points de vue des protagonistes. Un prétexte finalement pour découvrir le portrait d’ados différents, au carrefour d’un choix décisif qui changera peut-être leur existence. Christophe Léon porte un regard cynique et pas toujours très tendre sur ces ados mais n’est pas plus bienveillants avec leurs parents. Un ton, une forme, une histoire atypiques qui font de cette lecture une agréable et étonnante découverte.
()


Brandon est un jeune homme de son temps. Entre le lycée, sa petite amie Abigail et ses entraînements d'athlétisme, sa vie pourrait être un long fleuve tranquille. Mais Brandon a un dilemme : son père et son entraîneur insistent pour qu'il prenne des produits «stimulants» pour améliorer ses performances, aller plus haut, aller plus loin. Doué, il pourrait avec un petit coup de pouce pharmaceutique l'être plus encore... La pression est forte, les enjeux considérables, les conséquences aussi. Brandon hésite, il n'est pas un tricheur.
Luc, quant à lui, est un fana de voitures et d'engins motorisés en tout genre. Le jour où ses parents partent en week-end à Paris, il en profite pour faire une petite balade avec son amie Louella dans l'impressionnant 4x4 de son père malgré l'interdiction formelle de celui-ci. Il est vrai que Luc n'a pas son permis ! Mais quoi de mieux qu'une belle voiture et une petite virée sur les chapeaux de roue pour impressionner les filles ? Lauryanne, elle, ne s'intéresse qu'à son apparence et aux garçons. Elle ne s'entend pas très bien avec ses parents et s'ennuie beaucoup. David, enfin, un jeune autiste qui aime beaucoup se promener seul est fasciné par les téléphones portables. Lorsque par hasard, lors d'une de ses promenades, il trouve dans le fossé le portable de Brandon, juste au bord de la route, non loin de grosses marques noires, celles de pneus de 4x4 vraisemblablement, il ignore que sa vie va basculer... Par un subtil jeu d'aller-retour, d'astuces presque cinématographiques, Christophe Léon mêle et entremêle les destinées de six jeunes gens. Chacun d'eux fera le mauvais choix au mauvais moment... L'auteur connaît bien les failles des adolescents, leurs forces, leurs contradictions. Il dissèque, avec cruauté parfois, leurs tourments et leur mal-être pour mieux nous entraîner dans des histoires qui restent longtemps dans nos têtes.
 ()





Brandon est athlète de haut niveau et vit mal la pression de son père, il sort avec Abigail, fille de bonne famille. Lauryanne, elle, est fille unique, s’intéresse surtout à son look et en fait voir de toutes les couleurs à ses parents. Luc délaisse ses études au profit de sa passion pour les grosses voitures et les camions ; il finira par confronter sa petite amie, Louella, à un vrai cas de conscience. David, lui, est un jeune autiste fasciné par les portables…
Six portraits d’adolescents, six personnalités et destinées bien distinctes. Comme une mosaïque de tout ce que cet âge charnière peut engendrer de tensions, d’angoisses et de questions.
Avec le talent qu’on lui connaît et sa connaissance des failles et des troubles liés à l’adolescence, Christophe Léon construit un véritable puzzle littéraire posant, chapitre après chapitre, les pièces d’une intrigue qui apparaît de plus en plus clairement. Les destins se croisent, s’imbriquent, et l’on sent que les choix de chacun auront une incidence…
Un roman construit comme un polar qui réussit à maintenir jusqu’au bout le suspens. ()


Merci à Balelio et les éditions la joie de lire.
Christophe Leon nous trace le portrait de plusieurs adolescents​ qui doivent faire un choix le bon et le mauvais.
Brandon marche sur la route en écoutant la musique à fond. Luc a emprunté​la voiture de son père sans avoir le permis.....
Un virage et des adolescents confrontés à leurs questions, leurs attentes...
Champion est un roman pour adolescents​ qui se lit aisément avec des chapitres courts sur chaque adolescent.
Je connaissais déjà l'auteur et j'aime sa façon d'écrire notamment ici où l'histoire monte crescendo.
Je pense le faire découvrir à mes élèves.  



Un samedi matin où il n’y a pas classe, Brandon, casque audio vissé sur les oreilles, marche sur une petite route de campagne pour rejoindre l’arrêt du bus, puis son lieu d’entraînement.
Son avenir de futur champion le préoccupe : champion, oui mais à quel prix ?
Il passe devant chez Lauryanne qui lui fait signe mais il ne la voit pas...
Soudain un énorme bruit de moteur...
C’est un 4X4 gigantesque, un Hummer, conduit par Luc, sans permis, qui a emmené son amie Louella en promenade.
Peu après arrive David, un jeune homme autiste qui vit avec sa mère et dont la principale occupation est de marcher.
Sans se poser de question et savourant la bonne aubaine, il ramasse un téléphone portable et un casque audio, il est content !
Abigail est chez elle, c’est la petite amie de Brandon, ils ont rendez-vous, elle ne cesse de l’appeler, en vain...
Plus tard, dans la soirée, le permanent de la gendarmerie reçoit un appel lui signalant une disparition : Brandon n’a pas reparu à son domicile depuis le matin, ses parents sont inquiets...

Un excellent roman, où se croisent des destins et où l’auteur maintient le suspense avec habilité.
Les personnages interviennent chacun leur tour, révélant leur personnalité, leur environnement, leurs états d’âme.
L’écriture du livre suit ces variations avec bonheur, allant du français le plus élaboré au langage ado frôlant la grossièreté.
Les milieux sociaux sont évoqués avec beaucoup de réalisme, en particulier celui du sport, que l’auteur n’épargne pas.
Le handicap revêt les traits d’un jeune homme de vingt-deux ans, seul avec sa mère, sans défense, une victime toute trouvée.
Certains jeunes, gâtés sont coupés de la réalité.
Quant à Brandon, il réserve de grandes surprises au lecteur ! ...
Un très bon moment de lecture !
()