L’humour et l’émotion affleurent à tous les instants par petites touches légères et donnent une force incontestable au récit.  



Christophe Léon donne ainsi de la force à son personnage comme si dans cette répétition se cachait le conditionnement d'une auto persuasion. Parce qu'à force de se répéter les choses on les croit, tout comme Loulou-Antoine qui se persuade que le bonheur n'est pas pour elle. "



.. un roman original, écrit d'une plume nerveuse, comme écorchée, à l'image de son personnage. La revue des livres pour enfants, N° 237, sélection annuelle 2007.



+ d'infos sur Bibliosurf.com
Un livre époustouflant, écrit avec une virtuosité rare dans la littérature jeunesse. Un sujet difficle traité avec humour et délicatesse, très émouvant qui ne laisse personne indifférent.


Très beau livre, simple, sans fioriture, dénué d'emphase. Nullement larmoyant. Un livre qui se heurte à un sujet grave et souvent tabou, associant la mort à la maladie et à l'enfance. 


Loulou-Antoine n'est une jeune fille comme les autres, elle ne traîne pas avec les enfants de son âge, mais elle voit fréquemment un clochard au parc, sur son banc. Elle ne pleurniche pas, elle n'aime pas les bisous. Puis un jour, elle apprend qu'elle a un cancer, alors tout bascule pour elle. Loulou-Antoine va devoir lutter pour survivre, elle va même perdre ses cheveux. Les parents de Loulou-Antoine séparés, vont décider de vivre sous le même toît pour être près d'elle, mais ce n'est pas un choix très judicieux, les parents se crient évidemment dessus, et cela n'aide pas Loulou à se battre contre cette maladie.

J'ai bien apprécié ce roman, le style d'écriture est simple, compréhensible. Et l'auteur exprime très bien ce que ressent Loulou, ses peines, ses douleurs, et son combat pour survivre. Sur ce, je vous laisse découvrir ce roman. ()



Pas demain la veille” de Christophe Léon qui nous offrait le portrait d’une petite fille, Loulou-Antoine : de l’énergie à revendre, une lucidité à tout épreuve pour vaincre la maladie sans se laisser émouvoir par la compassion ou la mièvrerie. Décidément, la frontière est mince entre la littérature jeunesse et la littérature adulte. A conseiller donc, aux jeunes et moins jeunes !  


C'est vraiment un très beau livre, bien écrit, à lire et à relire. Que l'on soit adulte ou plus jeune, je crois qu' on ne peut plus oublier cette petite bonne femme après avoir lu Pas demain la veille. 



L'auteur s'attaque à un sujet difficile ! Il nous parle, sans misérabilisme, d'un enfant qui souffre d'une maladie grave, parle de l'hôpital, des traitements ... Mais Christophe Léon s'en tire très bien : des phrases courtes, la maladie décrite par touches, des personnages attachants malgré la personnalité particulière de l'héroïne. C'est un livre fort, même si le thème abordé est dur. (, mars 2008)



Un excellent roman très bien écrit et dont le personnage central, Loulou Antoine, nous donne une véritable leçon de vie. Pas de pleurs, pas de mélodrame avec cette petite fille mais du courage et de l'autodérision face à ce qui lui arrive. Voici un roman poignant qui aborde de front une maladie grave, un roman dont la lecture ne peut que bouleverser.